Aller au contenu. | Aller à la navigation

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    François DESQUESNES

     

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    André ANTOINE

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Christophe BASTIN

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    René COLLIN

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Benoît DISPA

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Anne-Catherine GOFFINET

     

  •  
    Bienvenue sur notre site  !

     

    Alda GREOLI

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Julien MATAGNE

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Marie-Martine SCHYNS

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Mathilde VANDORPE

Vous êtes ici : Accueil Notre action au PW Questions écrites La présence de ragondins sur la Haute-Sambre

La présence de ragondins sur la Haute-Sambre

01 février 2016 | Question écrite de V. SALVI au Ministre COLLIN - Réponse disponible

Monsieur le Ministre,


Depuis qu’il a été signalé en Belgique pour la première fois en 1975, le ragondin a proliféré dans nos contrées. Ce mammifère, originaire d’Amérique du sud, est classé comme une espèce invasive du fait des nombreux dégâts qu’il peut provoquer à l’écosystème et aux berges des cours d’eau. La population semble en progression dans nos régions en particulier le long de la Haute-Sambre.

Monsieur le Ministre :

- Les données dont vous disposez confirment-elles l’accroissement de la population de ragondins ?
- Des mesures sont-elles prévues afin de limiter sa prolifération notamment le long de la Haute-Sambre ? Une intervention de la « Cellule piégeages des rats musqués » du SPW est-elle prévue ?

D’avance je vous remercie pour vos réponses,

 

Réponse du Ministre R. COLLIN le 25/02/2016

 

Depuis trois ans, des observations font état de la présence de ragondins, de manière sporadique et limitée à quelques sites du bassin hydrographique la Haute-Sambre (Landelies, Biesmes-sous-Thuin, Sars-la-Buissière). Deux autres observations ont très récemment été rapportées dans des sites géographiquement très éloignés (Nivelles et Latour). La répartition disparate des foyers laisse craindre des lâchers clandestins, en plus d’une faible reproduction sur les sites. Une arrivée naturelle via la Sambre devrait provenir de la France alors que les informations de la Fédération départementale des chasseurs du Nord (France) ne font pas état d’une population significative côté français.

Les observations actuelles et validées par le Service de Piégeage des rats musqués font encore état d’une quinzaine d’individus pour les trois sites du bassin de la Sambre. Eu égard à la faible présence du ragondin, aucun dégât significatif n’est à déplorer, mais il est certain que, moyennant une augmentation de la population, les atteintes aux cours d’eau, productions agricoles ou milieux naturels telles que celles observées dans les zones à forte population (France) sont à craindre.

Depuis juin 2014, 30 individus ont été prélevés sur le bassin de la Sambre. Les efforts de gestion sont maintenus en 2016 afin d’éliminer la population résiduelle. Les interventions se font par tir ou piégeage, dans le respect des normes de piégeage sans cruauté et du respect du bien-être animal.

La stratégie actuelle vise l’éradication de la population en place en Wallonie. Cette stratégie répond par ailleurs au Règlement (UE) n°1143/2014 qui vise à prévenir, réduire au minimum et atténuer les effets néfastes des espèces exotiques envahissantes. Le ragondin fait partie de la liste des 37 espèces pour lesquelles les États membres sont aujourd’hui chargés de faire respecter une série de nouvelles obligations pour chacune des espèces listées, notamment :
- l’interdiction d’importation et de commercialisation ;
- l’interdiction de détention et d’élevage ;
- l’interdiction d’introduction dans la nature ;
- l’obligation de surveillance de leurs populations ;
- l’obligation d’éradication ou de gestion de leurs populations.

Actions sur le document