Aller au contenu. | Aller à la navigation

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Dimitri FOURNY

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    André ANTOINE

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Marie-Dominique SIMONET

     

  •  
    Bienvenue sur notre site  !

     

    Véronique Salvi

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Josy ARENS

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Maxime PRÉVOT

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Pascal BAURAIN

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Benoit DREZE

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    François DESQUESNES

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Isabelle MOINNET-JOIRET

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Véronique WAROUX

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Mathilde VANDORPE

  •  
    Bienvenue sur notre site  !

     

    Isabelle STOMMEN

Vous êtes ici : Accueil Notre action au PW Questions orales L’état des ressources en eau

L’état des ressources en eau

5 novembre 2018 | Question orale de I. MOINNET au Ministre DI ANTONIO - Réponse disponible

Monsieur le Ministre,

Depuis plusieurs mois, notre région souffre d’un déficit important de précipitations. Si l’attention de chacun a été attirée par l’épisode de canicule de cet été, la situation de sécheresse s’est prolongée tout au long des mois de septembre et d’octobre tout particulièrement en Gaume et dans l’est de la province de Liège. Le manque de précipitation nécessite de mettre en place des mesures d’approvisionnement ainsi la commune de Butgenbach a passé un accord avec la ville allemande voisine de Montjoie afin de s’approvisionner en eau. Chaque jour la Protection civile va se fournir en Allemagne pour approvisionner les 5.500 habitants de la commune.

En l’absence de précipitations, les niveaux des nappes et des eaux de surface demeurent au plus bas. Fin octobre, le Centre régional de crise de Wallonie a décidé de prolonger une série de décisions :
- Restrictions d’eau dans certaines communes touchées depuis l’été (Rochefort, Ciney, Nassogne, Vielsam, Tenneville, etc…)
- Interdiction de la pratique du Kayak
- Interdiction de la pêche en eau vive
- Regroupement des bateaux aux écluses pour faciliter la navigation
A celles-ci est venu, s’ajouter la mise à l’arrêt des microcentrales hydroélectriques installées sur les écluses.

Monsieur le Ministre :
- Pouvez-vous faire le point sur l’état des réserves en Wallonie ? Demeurent-elles, à ce stade, suffisantes ?
- Vu le risque de déficit durable et le danger d’un problème d’approvisionnement dans les prochaines années, ne conviendrait-il pas de repenser notre système de captation et de distribution d’eau ?
- Pour les zones plus sensibles, notamment les communes dépendant d’un réseau local, la situation fait-elle l’objet d’une surveillance particulière ? Une réflexion spécifique est-elle menée afin de garantir l’approvisionnement de ces zones dans les années à venir ?

Je remercie, Monsieur le Ministre, pour ses réponses.

 

Réponse du Ministre C. DI ANTONIO 

 

Madame la Députée, une nouvelle réunion de crise concernant la sécheresse s'est tenue le mardi 30 octobre. J’y ai assisté. C’était paradoxal d’ailleurs : il neigeait le matin, les premiers flocons de neige tombaient, et juste après, on était dans une réunion « sécheresse ».

Le niveau continue de baisser dans la plupart des nappes aquifères, toutefois à un rythme moindre que ce que l'on a connu pendant l'été. Il est maintenant au plus bas depuis le début des enregistrements automatiques instauré en 2010.

Si la production d'eau potable n'est pas affectée dans l'ouest ou l'extrême sud de la Wallonie, où ce sont des nappes de grande capacité de stockage, la région ardennaise est bien plus impactée, puisqu'il s'agit d'un aquifère de faible capacité, contenu dans les fissures et le manteau d'altération.

De plus, en province de Luxembourg et dans l'est de la province de Liège, une majorité de communes sont autonomes pour la distribution d'eau et ne disposent donc pas ou peu de solutions de réserve en cas de faiblesse d'un captage.

Beaucoup de cours d'eau présentent un débit exceptionnellement bas, mais les grands réservoirs disposent encore de réserves suffisantes pour plusieurs mois. Toutefois, les prises d'eau sur la Meuse et l'Ourthe sont sous surveillance accrue, vu l'absence ou le faible volume de stockage.

Les précipitations de la semaine passée permettent de reconstituer quelque peu les réserves en eau de surface, mais l'impact sur les eaux souterraines sera faible, voire nul, au vu de la sécheresse des sols.

Des restrictions sont maintenues dans certaines communes et devront sans doute l'être encore quelque temps, cela dépendra de la recharge hivernale. Il n'est cependant pas nécessaire d'imposer des mesures à l'échelle régionale à l'heure actuelle.

La mise en place du schéma régional des ressources en eau permettra de traverser de futurs épisodes de sécheresse plus facilement.

La valorisation des eaux d'exhaure dans le Tournaisis et récemment à Florennes permet déjà de fournir de gros volumes d'eau potabilisable.

D'autres projets de valorisation d'eaux d'exhaure verront le jour.

Une réflexion est également en cours pour augmenter les capacités de réserve d'eau de surface en Wallonie. 

 

Réplique de la Députée I. MOINNET

 

Je remercie M. le Ministre pour ces éléments de précision. Je sais donc que la situation est maîtrisée, puisque vous avez régulièrement des réunions de crise. La dernière s’est tenue la semaine passée.

Bien que vous confirmiez que le niveau continue de baisser et que des restrictions seront maintenues dans certaines communes, il n’y a pas lieu de s’inquiéter outre mesure, puisqu’il n’y a pas de mesures restrictives qui sont prises au niveau de la Région.

Je suis, comme vous, toujours très attentive à ce qui peut se passer au niveau des précipitations.

Je pense que vous maîtrisez la situation et que d’autres réunions de crise devraient être convoquées si la situation devait empirer.

Je vous remercie. 

 

Actions sur le document