Aller au contenu. | Aller à la navigation

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Dimitri FOURNY

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    André ANTOINE

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Marie-Dominique SIMONET

     

  •  
    Bienvenue sur notre site  !

     

    Véronique Salvi

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Josy ARENS

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Maxime PRÉVOT

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Pascal BAURAIN

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Benoit DREZE

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    François DESQUESNES

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Isabelle MOINNET-JOIRET

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Véronique WAROUX

  •  
    Bienvenue sur notre site !

     

    Mathilde VANDORPE

  •  
    Bienvenue sur notre site  !

     

    Isabelle STOMMEN

Vous êtes ici : Accueil Notre action au PW Questions orales L’humusation des corps

L’humusation des corps

5 novembre 2018 | Question orale de V. WAROUX au Ministre DI ANTONIO - Réponse disponible

 
Monsieur le Ministre,

 

Depuis 2014, les gestionnaires d’espace public sont dans un processus visant à atteindre le « Zéro phyto » et doivent donc repenser leurs aménagements en accentuant le recours à la végétalisation. Les cimetières sont un bel exemple d’opportunité de ce genre de changement.

Un nouvel appel à candidatures pour labelliser des cimetières au titre de « Cimetière Nature » aura lieu en 2019, a récemment annoncé le ministre cdH wallon de la Nature René Collin. Au total, 165 d'entre eux, situés au sud du pays, ont déjà été récompensés de cette distinction depuis 2015 en raison de la place qu'ils accordent à la biodiversité. Le label est décerné chaque année aux environs de la Toussaint.

Certains vont même plus loin et mettent en avant une autre forme de « valorisation » des défunts sans traitement via l’humusation, qui permettrait de transformer le corps humain en humus. L’idée est que le défunt repose dans un monument funéraire végétal et soit transformé en humus au bout d'un an, pouvant servir à planter un arbre du souvenir ou pour régénérer les sols appauvris.

Il y a peu, la Région wallonne a d’ailleurs accordé un subside à l’UCL pour développer un programme de recherche sur cette pratique funéraire, en testant son application sur des animaux.

Monsieur le Ministre,

 Quelle est votre position sur l’humusation ?
 Qu’en est-il des risques de dispersion de molécules cancéreuses dans le sol ou porteuses d’autres maladies ?
 À quel horizon pourrait-on imaginer l’humusation d’êtres humains ?

Je remercie d’avance, Monsieur le Ministre, pour ses réponses.

 

Réponse du Ministre C. DI ANTONIO 

 

Madame la Députée, à l'heure actuelle, au moment du décès, seuls deux choix sont possibles en matière de funérailles : l'incinération et l'inhumation, deux pratiques qui ont un impact environnemental sur le sol, l'eau et l'air.

Face à ce constat, l'humusation, ou compostage des dépouilles humaines, est présentée par beaucoup comme une solution plus respectueuse de l'environnement. Elle apporte également une réponse aux citoyens soucieux d'allier mort et écologie.

En Wallonie, ce modèle n'a pas encore été étudié scientifiquement en vue de son éventuelle mise en œuvre. C'est pourquoi une subvention a été octroyée à l'Université catholique de Louvain pour couvrir les dépenses liées à une étude sur ce processus.

Des chercheurs de l'Université catholique de Louvain ont entamé un programme de recherche basé sur un modèle animal. Les objectifs de cette étude sont tout d'abord de valider techniquement et scientifiquement la faisabilité du processus dans les conditions de la Wallonie, l’impact sur l'environnement ainsi que l'identification des éventuels désagréments causés par le processus seront également étudiés.

Je tiens à souligner qu'il s'agit avant tout d'une étude scientifique sur la faisabilité technique de l'humusation en Wallonie. En fonction des résultats présentés, la question de son opportunité devra alors être étudiée, notamment avec la Ministre en charge des Cultes.

 

Réplique de la Députée V. WAROUX

 

Merci, Monsieur le Ministre, pour cette prise au sérieux de la proposition. Je sais que la personne qui porte le projet a véritablement combattu pour se faire entendre. Je suis tout à fait satisfaite de votre approche d’ouverture, accompagnée d’une étude scientifique.

Nous verrons pour la suite. J’espère que vos successeurs ou vous-même, si vous pouvez rester dans le temps à cette fonction, pourrez concrétiser cette proposition. 

 

 

Actions sur le document